jeudi 14 mai 2009

TIC, TIC!!!!!! Web Quest and Simulation Globale !!!

Alors, alors... voici d'abord une définition qu'il me semblait devoir donner pour informer et m'y retrouver moi-même!! Les technologies de l'information et de la communication (TIC ou NTIC pour « Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication ») regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l'informatique, d'Internet et des télécommunications.

L’origine du WebQuest ??? là encore il faut définir...
Le dispositif didactique vient des Etats-Unis. Un WebQuest est un genre de jeu de rôle ou bien une simulation. Les apprenants ont certaines « missions » ou tâches à accomplir qui sont guidées par des fiches de travail et des adresses Internet, préparées au préalable par le professeur afin d’éviter une « recherche aveugle » (perte de temps et de motivation, et perte de vue de l’objectif d’apprentissage). Les tâches données à l’élève doivent lui permettre de les résoudre seul en suivant un parcours possible sur Internet en fonction du guidage prévu par le professeur. L’objectif étant de centrer avec un WebQuest le processus d’apprentissage davantage sur l’élève lui même afin de développer son autonomie.

Le fondateur du concept, c’est-à-dire la personne qui est à l’origine de l’appellation « WebQuest » en 1995, est Bernie Dodge, professeur à l’université de San Diego, USA. Aujourd’hui, le terme WebQuest n’est pas toujours utilisé de manière correcte. De nombreux collègues disent WebQuest en parlant d’un simple questionnaire à faire sur Internet et non d’une mission virtuelle. Ceci s’explique par une mauvaise interprétation du terme anglais. En effet, « Quest » n’est pas l’abréviation du mot anglais « question » mais il s’agit de « quest » : la quête, la recherche.


Le WebQuest concerne toutes les disciplines. Il ne s’agit pas d’un « outil » réservé à l’apprentissage des langues.

Selon Dodge, le WebQuest doit contenir les six composantes suivantes :
1) l’introduction (orienter l’élève et capter son intérêt)

2) la tâche (ce que l’élève doit avoir accompli à la fin du WebQuest)

3) le processus (l’ensemble des étapes que l’élève doit parcourir pendant l’activité)

4) les ressources (les sites web repérés au préalable par le professeur, mais aussi d’autres ressources)

5) évaluation (les critères ou la grille dévaluation).

6) conclusion – (bilan des acquis, réflexion sur son apprentissage)


Quel serait l’avantage ou encore la supériorité du ce dispositif par rapport à une activité ou un entraînement « ordinaire » ? Contrairement à une activité « ordinaire » en classe, que l’élève subit, il aura normalement un rôle plus actif. Idéalement, c’est même lui qui choisit sa mission (et qui aurait le droit de la refuser mais cela devient délicat pour le professeur s’il le fait vraiment) et qui organise en tout cas son travail (seul ou en équipe). Selon le type de mission et si elle est bien conçue, l’élève peut se prendre tellement au jeu que la mission devient pour lui une tâche réelle et non seulement simulée.

Le fonctionnement du WebQuest, et par conséquent le recours aux nouvelles technologies, permet incontestablement d’élargir et d’ouvrir l’espace salle de classe sur l’extérieur d’une part et d’accomplir certaines tâches en moins de temps d’autre part pour ainsi maintenir l’intérêt de l’élève pour la mission.



Pour avoir une idée claire de la Simulation globale voici des liens vraiment sympa et qui sont de bonnes sources...d'abord voici un lien à voir pour comprendre comment cela marche!!!!
http://www.francparler.org/dossiers/simulations_intro.htm

Et ensuite un lien qui nous donne de beaux scénarios..Ah! si seulement on pouvait arriver à de tels résultats avec nos futurs apprenants...
http://flenet.rediris.es/actipedago.html#jeuxdepiste
Epatant, non?

Il y a également ce site pour nous donner des suggestions d'activités utilisant les TIC...à voir..
http://www.cslaval.qc.ca/tic/francais/atelier.htm

2 commentaires:

Valéry a dit…

Ca y est Clarisse is really back avec son blog, cela faisait longtemps ;-)

rachel a dit…

Sitôt dit, sitôt fait! C'est Springer qui va être content!